Un site utilisant WordPress.com

Archives de la catégorie ‘non classé’

Le calendrier maya décrypté par des chercheurs du CNRS

La fin du monde est-elle programmée pour le 21 décembre ? Deux chercheurs du CNRS se sont penchés sur l’annonce supposée de l’apocalypse selon le calendrier maya. Les spécialistes expliquent qu’il s’agit d' »un message de reconstruction plus que de destruction ».

<!– <
Calendrier maya (CNRS)
                                                                     
                                                                      Calendrier maya (CNRS)

La fin du monde annoncée pour le 21 décembre prochain n’est qu’un mythe. C’est en tout cas la démonstration faite,  depuis mercredi, par des chercheurs du CNRS, le Centre national de recherche scientifique.

Hervé Colombani et Didier Ozil ont ainsi effectué des recherches sur le fameux calendrier maya supposé prévoir la catastrophe (ou pas) pour vendredi prochain.

Ils ont notamment interrogé à ce titre un spécialiste des Mayas qui détaille que le « 4 ahau 3 kankin » (21 décembre) est annonciateur d’une fin de cycle. Surtout, celle-ci ne serait la fin de rien mais le commencement d’une nouvelle ère.

C’est « un message de reconstruction plus que de destruction », précise le spécialiste. Ouf !

Rappelons tout de même que des chamans péruviens avaient déjà remis en cause la fin du monde mais surtout que la situation a permis à de nombreuses personnes de profiter de l’occasion pour vendre des packages de survie ou des week-ends de folie.

Tout n’est pas perdu.

Publicités

Vertiges ??? S’abstenir …….

                       http://player.vimeo.com/video/31241154?autoplay=1

VIE et FIN d’un grand vaisseau

           LE COSTA CONCORDIA LA MORT D-UN_

(  Diaporama )

 

 
     Le commandant Francesco Schettino, commandant du Concordia

                            Le commandant Francesco Schettino, commandant du Concordia © AFP

 La magistrature de Grosseto tente de faire la lumière sur l’attitude de la hiérarchie de la société Costa durant le naufrage du Concordia. Les officiers présents dans la salle de commande du navire ont révélé qu’entre le moment de l’impact contre les rochers de l’îlot des Scole et l’ordre d’évacuation, le commandant Schettino a eu au moins trois conversations téléphoniques avec Roberto Ferrarini, le « marine operator director » de la compagnie, l’homme responsable de l’unité de crise de toute la flotte Costa. Or 68 minutes se sont écoulées entre l’avarie et le lancement du Mayday, puis le début de l’évacuation.

Durant ce laps de temps, le Concordia s’est échoué devant le port du Giglio puis lentement couché de 90 degrés sur son flanc droit. Tous les experts sont unanimes pour affirmer que si l’évacuation avait commencé plus tôt, alors que le navire était encore droit, les passagers auraient gagné sans difficulté les chaloupes de sauvetage. Les enquêteurs ont également la certitude que le commandant Schettino a su très tôt la gravité de l’accident, car un des officiers de bord l’avait immédiatement informé de la présence de voies d’eau très importantes dans les cinq compartiments de la salle des moteurs.

Le coût d’un SOS

Pourquoi, dans ces conditions, le commandant et l’état-major de Costa, qui étaient en contact, ont-ils attendu aussi longtemps pour faire évacuer le navire ? Pour les enquêteurs, deux hypothèses : soit le commandant a caché à sa hiérarchie la gravité de l’avarie. Soit la compagnie Costa n’ignorait rien de la situation, mais a espéré éviter de lancer un SOS. En effet, les compagnies maritimes rechignent toujours à demander du secours, car elles savent que cela déclenche automatiquement une enquête et un ensemble de contrôles sur toutes leurs unités. Un coût, pour une compagnie comme Costa, qui se monte à des centaines de milliers d’euros.

La compagnie a également affirmé que le capitaine avait enfreint les règles en prenant l’initiative d’abandonner la route préétablie pour se rapprocher du Giglio afin de « saluer » l’île. Mais sur le site même de la croisière, des photos – supprimées depuis la catastrophe du Giglio – montraient le Concordia, déjà sous les ordres de Francesco Schettino, à quelques dizaines de mètres de l’île de Procida. Et rien, sinon un « salut » à Procida, ne justifiait une telle manoeuvre. La pratique de s’approcher des ports ou de pénétrer dans la lagune de Venise est en réalité une habitude courante destinée à faire de la publicité aux compagnies. « Il est difficile de croire que Costa ne connaissait pas le rituel des saluts », a déclaré Gianni Scerni, président du Rina, le registre naval italien.

2011 in review

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2011 pour ce blogue.

Voici un extrait:

The concert hall at the Sydney Opera House holds 2,700 people. This blog was viewed about 9 100 times in 2011. If it were a concert at Sydney Opera House, it would take about 3 sold-out performances for that many people to see it.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Quelle heure est il ??

 

                               

BONNE ANNEE 2012

                                                   

                     

Strauss-Kahn passe sa première nuit dans une prison de New York

Dominique Strauss-Kahn, accusé de tentative de viol et d’agression sexuelle par une employée d’hôtel, passe sa première nuit dans la prison de Rikers Island à New York, la juge devant laquelle il a comparu ayant refusé sa libération sous caution.

Partagez cet article sur FacebookPartagez cet article sur Twitter 
                                                    Photographe : Emmanuel Dunand :: Benjamin Brafman  et Dominique Strauss-Kahn le 16 mai 2011 au tribunal à New York
                                                  photo : Emmanuel Dunand, AFP

Le patron du Fonds monétaire international, 62 ans, a été conduit dans l’immense prison, où il devait bénéficier d’une cellule individuelle, a indiqué lundi soir un porte-parole de l’administration pénitentiaire.

« Il ne sera pas en contact avec les autres prisonniers », a précisé à l’AFP le porte-parole. « Cela ne veut pas dire qu’il sera toujours dans sa cellule. Cela veut dire que quand il en sortira, il sera toujours accompagné d’un gardien ».

M. Strauss-Kahn, interpellé samedi, a été écroué lundi par une juge de New York. Il nie les faits qui lui sont reprochés.

La juge Melissa Jackson a refusé de libérer sous caution d’un million de dollars l’ancien ministre français, deux jours après son arrestation à l’aéroport Kennedy de New York alors qu’il se trouvait dans un avion en partance pour Paris.

La juge a pris cette décision juste après que l’accusation eut déclaré que Dominique Strauss-Kahn aurait été impliqué dans une affaire similaire dans « au moins un » autre cas. Il y a des « informations selon lesquelles il a eu une conduite similaire à celle-ci », a déclaré le procureur.

Dominique Strauss-Kahn a comparu portant un pardessus sombre et une chemise claire. Fatigué et abattu, les traits tirés et le regard souvent dans le vague, il était assis sur un banc en bois à côté de petits délinquants.

Contrairement au tribunal fédéral où les photographes n’ont pas accès à la salle d’audience, photographes et cameramen ont pu saisir des images du directeur général du FMI dont la vie a brusquement basculé samedi.

Il n’était pas menotté lundi, contrairement à dimanche soir, comme l’ont montré les images de sa sortie d’un commissariat de Harlem qui ont fait le tour du monde et provoqué une onde de choc.

La juge a évoqué un risque de fuite du patron du FMI pour ordonner son maintien en détention. La prochaine audience a été fixée à vendredi. La défense de l’ancien ministre a proposé qu’il remette son passeport à la justice et qu’il s’engage à résider à New York chez sa fille.

M. Strauss-Kahn est visé par sept chefs d’accusation, dont acte sexuel criminel et tentative de viol et de séquestration, à la suite des accusations d’une femme de chambre de 32 ans, employée dans l’hôtel Sofitel de New York.

L’acte sexuel criminel, qui recouvre une fellation forcée en droit américain, correspond en droit français à un viol. Le terme de viol ne recouvre en droit américain que la seule pénétration vaginale forcée.

« Il nie ces accusations. Il est présumé innocent selon la loi », a souligné un de ses avocats, Benjamin Brafman. DSK bénéficie d’une « ligne de défense forte » et il est « tout à fait probable qu’il soit innocenté en fin de compte », selon l’avocat.

« Nous sommes évidemment déçus par la décision du tribunal », a-t-il dit après que la juge eut décidé de le maintenir en détention. « Il est important de comprendre que cette bataille ne fait que commencer », a poursuivi l’avocat. « L’intention de M. Strauss-Kahn est d’essayer de rétablir son nom et sa réputation ».

L’affaire a ébranlé la classe politique française à un an de la présidentielle, où DSK faisait figure de favori, dans le cadre d’une éventuelle candidature socialiste. Elle a également plongé dans l’incertitude le FMI au moment où l’institution doit piloter la réponse à la crise de la dette dans plusieurs pays européens.

Le FMI a annoncé lundi à l’issue d’une réunion de son Conseil d’administration qu’il allait « suivre les événements » et qu’il n’avait pris aucune décision pour le moment quant au sort de M. Strauss-Kahn, dont le premier adjoint, l’Américain John Lispky, assure l’intérim.

La ministre française des Finances, Christine Lagarde, a refusé de commenter les spéculations qui la donnent comme possible remplaçante au FMI de DSK, jugeant la situation « accablante et douloureuse ».

DSK a été formellement identifié dimanche par l’employée du Sofitel, une « femme noire de 32 ans », selon la police.

Selon le récit des enquêteurs, la victime était entrée samedi dans la suite 2806 croyant qu’elle était vide pendant que DSK prenait une douche: « Il s’est approché d’elle par derrière et l’a touchée de manière inconvenante. Il l’a forcée à accomplir un acte sexuel ».

Des prélèvements ADN supplémentaires ont été effectués dimanche sur DSK, pour éventuellement détecter des traces de violence.

Les procureurs et la police affirment que DSK a quitté précipitamment l’hôtel pour se rendre à l’aéroport Kennedy. Mais Me Brafman a d’autres versions du scénario. « Il se dépêchait parce qu’il avait un rendez-vous pour déjeuner », a assuré l’avocat, connu pour avoir notamment défendu le rappeur Jay-Z et Michael Jackson.

L’avocat s’est engagé à produire en temps voulu le témoignage de la personne avec qui DSK aurait déjeuné.

S’il devait être condamné encourrait de 15 à 74 ans de prison pour l’ensemble des chefs d’accusation dont il fait l’objet, Dominique Strauss-Kahn.

En France, la chute probable de M. Strauss-Kahn constitue un coup dur pour la gauche, qui a insisté néanmoins sur le nécessaire respect de la présomption d’innocence, tout comme le gouvernement qui a appelé à « la prudence ».

M. Strauss-Kahn a été nommé en septembre 2007 à la tête du FMI pour un mandat de cinq ans pour réformer en profondeur cette institution.

En 2008, le FMI avait commandé une enquête sur son directeur à la suite d’une relation extra-conjugale entre l’ancien ministre français des Finances et une ex-responsable du département Afrique, Piroska Nagy. L’enquête a établi qu’elle n’avait bénéficié d’aucun traitement de faveur, et qu’il n’y avait pas eu « de harcèlement ».

Nuage de Tags