Un site utilisant WordPress.com

Archives de mai, 2011

Et si Total vous vendait de l’essence à prix cassé?

Par Olivier Levard, le 31 mai 2011 à 10h59, mis à jour le 31 mai 2011 à 11:41

 

En pleine polémique sur les marges, le géant français du pétrole étudie une transformation partielle de son réseau en stations à bas prix. « Rien, n’est décidé », tempère l’entreprise auprès de TF1 news.

 

 
 
                                       Le patron de Total
                                                      Le patron de Total © TF1/LCI

Est-ce une manière de lâcher du lest en pleine polémique sur les marges des pétroliers ou une stratégie de long-terme mûrement réfléchie? Total étudie en tout cas une rupture fondamentale de son positionnement haut de gamme dans la distribution en transformant une partie de son réseau en France en stations service à bas prix, rapporte mardi La Tribune. Le quotidien précise que le groupe pétrolier, qui teste son nouveau concept depuis avril 2010, est prêt à passer à la phase suivante en transformant « un grand nombre » de ses 2.050 stations service, qui afficheraient ensuite des tarifs proches de ceux pratiqués dans les supermarchés. « Nous étudions un déploiement progressif. La décision doit être prise en 2011« , selon Jérôme Paré, directeur de l’activité distribution de Total en France cité par La Tribune.
 
« Entre 2002 et 2009, les ventes aux particuliers dans l’enseigne Total ont chuté de 40%« , ajoute-t-il. Selon La Tribune, Total a cependant réussi à maintenir sa part de marché de 20% des volumes en France grâce au doublement, entre 2002 et 2009, des ventes de son enseigne bleue Elf, qui pratique déjà une politique de bas prix.

« Rien, n’est décidé« , tempère une porte-parole de l’entreprise auprès de TF1 News. « Nous avions des tests, qui n’ont rien de secret, dans 35 stations-services qui sont passés à 45 cet hiver. Il n’y a rien de nouveau !« .
 
Des marges qui fâchent
 
Cette annonce intervient donc alors que les prix des carburants fâchent les consommateurs et mettent le gouvernement sous pression. La baisse des cours du pétrole brut n’a été répercutée que très partiellement dans les prix payés par les automobilistes à la pompe, a souligné la direction de la concurrence (DGCCRF) dans un rapport publié lundi, alors que le gouvernement menace de recourir à des sanctions. « Si nous ne recevons pas des explications appropriées qui justifient le non respect de l’engagement des pétroliers (de répercuter sur les prix à la pompe les cours du pétrole, ndlr), nous prendrons des mesures« , a prévenu dimanche la ministre de l’Economie Christine Lagarde, affichant la fermeté « extrême » du gouvernement.
 
« Ces accusations sont tout à fait injustes« , a protesté Alexandre de Benoist, délégué général de l’Union des importateurs indépendants pétroliers (enseignes Carrefour, Casino, Cora et Auchan). « Le marché des carburants en France est un des plus concurrentiels d’Europe, avec des enseignes qui se battent pour des marges de l’ordre du centime« , a-t-il affirmé. Plus de 60% des ventes d’essence ou de gazole sont effectuées en France par les enseignes de la grande distribution, qui se servent des carburants comme produits d’appel, en pratiquant des marges faibles. Le 2 mai, la grande distribution affichait ainsi des marges de 2,1 centimes/litre pour le SP95, quatre fois moins élevées que chez les majors du pétrole, selon la DGCCRF. Dans la foulée de ces déclarations, l’association de consommateurs CLCV a demandé lundi un « plafonnement des prix du carburant« .

Publicités

Scandales sexuels: les hommes politiques français accusés de machisme

A qui le tour? Après l’affaire Strauss-Kahn et la démission d’un ministre accusé d’agression sexuelle, la classe politique française s’interroge sur ses pratiques, et les langues pourraient se délier sur un sexisme qui imprègnerait les esprits, notamment au Parlement.

 
 
                                          Photographe : Martin Bureau :: Georges Tron le 30 mars 2010 à Paris
                                              photo : Martin Bureau, AFP

« Et si l’affaire Georges Tron n’était que la première d’une longue série de répliques après le tremblement de terre du 14 mai, dans le Sofitel de Times Square? », se demandait lundi le quotidien Libération.

Georges Tron, secrétaire secrétaire d’Etat à la Fonction publique, accusé d’agressions sexuelles par deux anciennes employées de mairie, a démissionné dimanche du gouvernement, 15 jours après l’arrestation du socialiste Dominique Strauss-Kahn, accusé de crimes sexuels contre une employée d’hôtel à New York.

Le choc provoqué par l’affaire « DSK » a suscité des débats animés sur les comportements insistants des hommes politiques français à l’égard des femmes mais aussi sur l’indulgence accordée dans ce pays latin à ces attitudes sévèrement réprimées ailleurs.

Si le machisme est répandu dans la société française, il est particulièrement présent dans le monde politique, estime la juriste Caroline Ressot, de l’Observatoire de la parité, un organisme gouvernemental chargé de promouvoir l’égalité entre hommes et femmes.

« Il y a une certaine tolérance au sein des partis politiques », dit-elle à l’AFP, regrettant leur incapacité à exclure de leurs rangs des responsables qui auraient eu des agissements sexistes.

Chantal Brunel, un députée du parti présidentiel UMP, raconte elle-même à l’AFP devoir subir les « réactions très déplacées » d’un voisin à l’Assemblée nationale, sans vouloir en dire davantage. Elle fait partie de la centaine de femmes députées en France, sur 577.

Un témoignage qui s’ajoute à des anecdotes accablantes rapportées lundi par le journal Le Parisien: il cite la ministre des Sports Chantal Jouanno qui ne peut venir à l’Assemblée en jupe sans entendre de remarques salaces, ou encore la députée socialiste Sandrine Mazetier, frappée de voir régner dans l’hémicycle « une forme de paternalisme et d’infantilisation des femmes ».

Face à ces comportements, beaucoup de femmes se taisent, de peur de ne pas être prises au sérieux. « Elles se disent +on ne me croira jamais+, d’autant plus quand la personne est quelqu’un de connu et encore plus peut-être quand c’est quelqu’un qui détient un pouvoir », explique Caroline Ressot.

En France, indique Chantal Brunel, 10.100 viols ont été officiellement dénombrés en 2010. Mais « on estime que seulement une personne sur dix parle de son viol. Les autres se taisent », ajoute-t-elle.

Mais dans ce domaine, sociologues, journalistes et politiques s’accordent à dire que l’affaire DSK marque un tournant. Et l’affaire Tron semble en être la première illustration.

« Quand je vois qu’une petite femme de ménage est capable de s’attaquer à Dominique Strauss-Kahn, je me dis que je n’ai pas le droit de me taire (…) il faut briser cette omerta », indiquait ainsi la semaine dernière dans le journal Le Parisien l’une des deux femmes qui ont porté plainte contre le secrétaire d’Etat.

Et cette démarche pourrait en inspirer d’autres. « Je pense que la parole des femmes va se libérer (…) Il y a un après-Strauss-Kahn », affirme Chantal Brunel.

Signe d’une évolution des mentalités? Alors que la presse française a été accusée de complaisance pour avoir passé sous silence les rapports troubles de DSK avec les femmes, plusieurs femmes journalistes politiques ont récemment témoigné dans le quotidien Le Monde des sollicitations très pressantes d’hommes politiques à leur égard.

 
 

    augmenter la taille du texte diminuer la taille du texte   votez réagissez      

Yémen : trois Français toujours portés disparus

Créé le 29/05/2011 à 11h12

                           Une carte du Yémen                                                                         Une carte du Yémen / Idé

L’inquiétude grandit après la disparition de trois travailleurs humanitaires français dans le Sud du Yémen. Ces deux femmes et cet homme ont quitté leur bureau pour aller déjeuner, et n’ont plus donné de nouvelles depuis samedi midi. La police locale penche pour un enlèvement, mais pour l’instant, le Quai d’Orsay ne confirme pas cette hypothèse. Plus de 200 étrangers ont été kidnappés ces quinze dernières années au Yémen. Christian Lombard, directeur de l’organisation Triangle Génération Humanitaire, pour qui travaillaient les trois Français, était l’invité de RTL Matin.

à New York, un acquittement dans un procès pour viol va intéresser la défense

AFP – 28/05/2011 à 10:51

Contrairement à toute attente, un jury de New York vient d’acquitter deux policiers accusés de viol, une affaire qui risque de fortement intéresser les avocats chargés de la défense de Dominique Strauss-Kahn.

Partagez cet article sur FacebookPartagez cet article sur Twitterpartagez 
                                                    Photographe : Stan Honda :: Le procureur Cyrus Vance au tribunal de Manhattan, le 19 mai 2011
                                                           photo : Stan Honda, AFP

Le procès de ces deux agents de la police de New York (NYPD) accusés d’avoir violé une femme ivre et sans défense dans son appartement il y a 30 mois s’est terminé jeudi par un verdict de non culpabilité pour la quasi-totalité des chefs d’inculpation, à l’exception d’accusations mineures.

Il y a de grandes différences entre ce cas et celui de « DSK », accusé d’avoir agressé sexuellement et tenté de violer une employée d’hôtel le 14 mai dernier.

Mais l’acquittement inattendu a provoqué des dizaines de commentaires de journalistes, d’avocats et d’experts sur les chances qu’aurait l’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) d’échapper à la prison, en cas de procès.

Le fait que le jury ait favorisé deux policiers face à une femme éplorée montre en tout état de cause la difficulté, dans des affaires de viol, de faire arriver douze jurés à une « conviction au-delà du doute raisonnable », selon la formule en droit américain qui permet de condamner un accusé.

Brenda Smith, professeur à la faculté de droit de l’American University de Washington, et spécialiste des violences sexuelles, considère que la décision de jeudi est « encourageante » pour le camp Strauss-Kahn.

« Cela signifie que ces jurés prennent leur travail vraiment à coeur. Dans des villes comme New York, les jurés sont très avertis, ils ne vont pas croire d’emblée une histoire rebattue, ils analysent au cas par cas », ajoute Mme Smith.

Il pourrait s’agir d’une bonne nouvelle pour « DSK », socialiste marié à une multi-millionnaire, accusé d’avoir agressé sexuellement une pauvre immigrée, et contre lequel l’opinion publique est de ce fait très remontée.

Des fuites parues dans la presse ces jours derniers de source « informée » semblent de prime abord suggérer que l’accusation a l’avantage.

Mais comme le montre le procès des « policiers violeurs », même un cas solide peut se dissoudre face à un jury qui n’est pas convaincu à 100%.

Pour Toni Messina, une avocate new-yorkaise, les avocats des deux policiers « ont bien fait leur travail quand ils se sont adressés aux jurés et leur ont rappelé la présomption d’innocence -c’est en effet au procureur qu’il appartient de prouver la culpabilité au-delà du doute raisonnable ».

« Ils ont su convaincre le jury, je leur tire mon chapeau », a ajouté Mme Messina.

Dans l’affaire des policiers, il était établi qu’ils avaient raccompagné la femme ivre chez elle, et qu’ils étaient retournés dans l’appartement plusieurs fois cette nuit-là. L’un d’entre eux avait même admis l’avoir « câlinée ».

La version de la femme était différente : elle affirmait que l’un des policiers l’avait violée, tandis que l’autre s’assurait que personne n’entre dans l’appartement.

Mais aucune preuve ADN n’a pu être trouvée, et la femme a admis qu’elle était si ivre qu’elle ne se souvenait plus très bien. Les jurés ont conclu qu’ils ne pouvaient pas déclarer les deux hommes coupables faute de preuves indiscutables.

« On n’avait aucune preuve. On a pris la loi à la lettre », a dit un juré au New York Times après la fin du procès.

Les tabloïdes se sont déchaînés. « Bienvenue aux prédateurs en uniforme, la saison est ouverte », a écrit le New York Post.

Michael Daly du New York Daily News est allé plus loin et a estimé que « Le Perv, » abréviation de « pervers » et surnom donné à DSK dans ces journaux populaires à grand tirage, allait certainement fêter la nouvelle dans l’appartement de 14 millions de dollars où il est en résidence surveillée.

« On peut parier que Le Perv pense maintenant que si les jurés ont cru ces deux policiers, ils vont tout croire », écrit Michael Daly.

 

Rio-Paris: l’avion a décroché, la descente a duré 3 min 30

AFP – 27/05/2011 à 15:22

L’Airbus A330 du vol Air France 447 Rio-Paris a décroché et sa descente a duré 3 minutes 30 avant de toucher la surface de l’océan Atlantique, le 1er juin 2009, avec 228 personnes à bord, a expliqué vendredi le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) dans une note.

 

 

 
                                            Photographe :  :: Des plongeurs renflouent une partie de la carlingue de l'Airbus A330 d'Air France assurant la liaison Rio-Paris disparu dans l'Atlantique, le 8 juin 2009
                                                                   photo : AFP

Peu après être entré dans une zone de plus fortes turbulences, les pilotes ont eu des informations de vitesse contradictoires sur leurs écrans pendant un peu moins d’une minute. L’une d’entre elles indiquait « une chute brutale » de la vitesse, selon cette note du BEA qui détaille les circonstances de l’accident mais pas ses causes.

Près de deux minutes 30 avant la fin des enregistrements des boîtes noires, l’un d’entre eux a dit: « On a aucune indication qui soit valable ».

Les deux copilotes présents dans le cockpit avant le décrochage de l’appareil avaient prévenu l’équipage qu’ils allaient entrer dans une zone de plus fortes turbulences, selon les premiers éléments fournis par les boîtes noires de l’appareil.

« On devrait attaquer une zone où ça devrait bouger un peu plus que maintenant, il faudrait vous méfier, là », a dit l’un des copilotes au personnel navigant commercial.

Le commandant de bord est parti se reposer quelques minutes avant le début des incidents. Les copilotes ont tenté de l’appeler plusieurs fois avant qu’il ne rejoigne le poste de pilotage.

Il n’a toutefois pas repris les commandes, restées jusqu’à la fin entre les mains d’un de ses copilotes, ont détaillé les enquêteurs lors d’une conférence téléphonique.

Sur un vol de ce type, l’équipage est composé d’un commandant de bord et de deux copilotes. Ils peuvent aller à tour de rôle se reposer à condition que deux d’entre eux restent aux commandes.

Depuis l’arrivée des boîtes noires en France mi-mai, des informations parcellaires et des rumeurs fuitent sur le contenu des boîtes noires, censées faire la lumière sur cette catastrophe qui reste, à ce jour, inexpliquée.

Le BEA a promis un rapport d’étape « d’ici fin juillet », a-t-il précisé vendredi.

Airbus et Air France sont mis en examen pour homicides involontaires dans le volet judiciaire de ce dossier.

Pour Air France, la note des enquêteurs « tord le cou aux allégations mensongères et aux rumeurs qui se sont développées depuis l’accident », a déclaré vendredi à l’AFP le porte-parole de la compagnie.

De son côté, Airbus estime que ces informations « confirment les faits » déjà établis sur la catastrophe.

La femme de chambre dans le collimateur des avocats de DSK

AFP – 27/05/2011 à 09:15

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont commencé à avancer leurs pions pour saper les accusations de crimes sexuels qui visent l’ancien patron du FMI en assurant détenir des éléments de nature à « ébranler sérieusement » la crédibilité de sa victime présumée.

Partagez cet article sur FacebookPartagez cet article sur Twitterpartagez 
 
                                       Photographe : Emmanuel Dunand :: Dominique Strauss-Kahn à son départ sous escorte de sa résidence temporaire  le 25 mai 2011 à New York
                                      photo : Emmanuel Dunand, AFP

Benjamin Brafman, principal avocat de « DSK » et star du barreau de New York, avait prévenu dès les premiers jours de l’affaire: la « bataille ne fait que commencer ».

L’offensive n’a pas tardé: dans une lettre au procureur de New York, Cyrus Vance, Me Brafman et William Taylor, un autre avocat de M. Strauss-Kahn, dénoncent les fuites faites selon eux dans les médias par les services de police.

Mais les avocats, qui ont mis plusieurs détectives privés sur l’affaire, annoncent également détenir des éléments contre la femme de chambre de l’hôtel Sofitel de Manhattan à l’origine des accusations contre DSK.

« Si nous voulions indûment nourrir l’appétit des médias, nous pourrions dès à présent dévoiler des informations importantes qui, à notre avis, ébranleraient sérieusement le dossier d’accusation ainsi que la crédibilité de la plaignante dans cette affaire », écrivent les avocats, sans préciser la nature de ces informations.

La victime présumée de M. Strauss-Kahn est une jeune Guinéenne musulmane de 32 ans qui élève seule sa fille de 15 ans dans un appartement d’un immeuble du Bronx, l’immense quartier populaire du nord de New York. Elle dément, selon son avocat Jeff Shapiro, toute « relation sexuelle consentie ».

La lettre des avocats de DSK, consultée jeudi par l’AFP, fait encore monter la tension autour de cette affaire, à quelques jours de l’audience du 6 juin, où DSK doit dire s’il plaide coupable ou non coupable.

Mais si Me Brafman est un des avocats pénalistes les plus recherchés de New York, le procureur Vance est un adversaire de choix et sa réplique a été immédiate.

Son bureau s’est ainsi dit « troublé » par les affirmations des deux avocats. « Nous ne sommes pas au courant de telles informations (..) et si vous souhaitez que nous enquêtions sur quoi que ce soit concernant cette affaire, nous serons heureux de le faire », écrit une adjointe du procureur, Joan Illuzzi-Orbon.

Mme Illuzzi-Orbon assure que le bureau du procureur est aussi préoccupé que les avocats « par les fuites évoquées » dans la lettre.

Ce document mentionne un article du New York Times citant une source proche du dossier et racontant ce qui se serait passé dans la suite de l’hôtel occupée par M. Strauss-Kahn le 14 mai.

La lettre des avocats évoque aussi des fuites faisant état de résultats des analyses ADN effectuées sur Dominique Strauss-Kahn, sur la victime présumée et dans la chambre d’hôtel.

L’ancien ministre français des Finances s’est installé mercredi soir dans un luxueux logement de 600 mètres carrés du quartier de Tribeca, dans le sud de Manhattan, où il est assigné à résidence.

Le Fonds monétaire international a annoncé jeudi qu’il comptait coopérer « entièrement » à l’enquête.

Concernant la succession de M. Strauss-Kahn à la tête de l’institution, la candidate française, Christine Lagarde, a reçu jeudi un coup de pouce important de la part de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton.

« Je l’admire », a dit Mme Clinton, rappelant toutefois que son pays souhaitait « officiellement » attendre la clôture des candidatures, le 10 juin, pour afficher sa « préférence ».

Dominique Strauss-Kahn est dans sa nouvelle résidence surveillée à New York

AFP – 26/05/2011 à 07:48

L’ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn, accusé de crimes sexuels, est arrivé mercredi soir dans sa nouvelle résidence surveillée dans le sud-ouest de Manhattan, a constaté un photographe de l’AFP.

Partagez cet article sur FacebookPartagez cet article sur Twitterpartagez

 
 

Partagez cet article sur Delicious 

                                             Photographe :  :: DSK s'installe dans une luxueuse maison new-yorkaise
                                                                     photo : AFP

DSK est arrivé en début de soirée au 153 Franklin Street à Tribeca, un ancien quartier très en vogue d’usines et de hangars transformés dans les années 90 en immeubles de lofts.

Un juge de New York avait approuvé plus tôt dans la journée de mercredi le changement d’adresse de Dominique Strauss-Kahn à Manhattan, où il poursuivra son assignation à résidence, a-t-on appris de source judiciaire.

DSK se trouvait depuis sa sortie de prison vendredi dernier dans un logement temporaire appartenant à la société de sécurité chargée de sa surveillance.

Dans son nouveau logement, l’ancien patron du FMI pourra se rendre sous escorte policière à des rendez-vous avec ses avocats, au tribunal, chez le médecin ou à des offices religieux.

Ses avocats ont déclaré mercredi dans un communiqué n’avoir eu aucun contact avec la femme de chambre qui accuse DSK de crimes sexuels ni avec sa famille, et se sont à nouveau dits convaincus qu’il sera « totalement innocenté ».

« Les informations selon lesquelles les avocats ou représentants de M. Strauss-Kahn sont en contact avec la plaignante sont fausses », indiquent Me Benjamin Brafman et Me William Taylor dans ce document. « Nous continuons à croire que M. Strauss-Kahn sera totalement innocenté », ont-ils ajouté.

Accusé d’agression sexuelle et de tentative de viol à l’encontre d’une employée d’hôtel, Dominique Strauss-Kahn doit comparaître le 6 juin devant un juge pour dire s’il plaide coupable ou non coupable. L’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) nie les faits qui lui sont reprochés.

Nuage de Tags